LETTRE A PERSONNE … de DrÄ…sius Kedys

October 16, 2009
By admin

europarlementaires

DRÄ„SIUS KEDYS A ENVOYÉ 200 LETTRES AUX EURODÉPUTÉS & JOURNALISTES APPALANT AU SECOURS DE SA FILLE,  DONT CETTE “LETTRE Ă€ PERSONNE”…

Les histoires de ma fille de quatre ans – d’hommes nus, elle dĂ©shabillĂ©e, lĂ©chĂ©e et demandĂ© de lĂ©cher des grands “sysalas” (ce que la petite fille appelle les organes gĂ©nitaux masculin), dont s’Ă©gouttent de la crème, elle est couverte de cette crème “naturelle”, les sysalas deviennent très petits (après que la “crème” soit sortie), que les sysalas sont mis dans la bouche, en avant, en arrière, en criant des sons Ă©tranges, ils avancent et retirent les sysalas, dans la chambre, salle de bains, toilettes … partout, toujours, des centaines de fois quand elle rend visite Ă  sa “Maman” le week-end (mĂŞme le jour de son baptĂŞme) – ne dĂ©placent pas un policier en charge de l’enquĂŞte du prĂ©judice.

Rien ne s’est passĂ© ici … La petite fille est vivante. Sa mère vit de l’argent de ceux avec les grands sysalas.

Trois interrogatoires de ma fille sur les circonstances des abus sexuels (mĂŞme si, selon la lĂ©gislation, un enfant ne peut ĂŞtre interrogĂ© qu’une seule fois), la psychiatrie mĂ©dico-lĂ©gale complexe fait Ă  ma fille, l’expertise de psychologie lĂ©gale Ă  une conclusion catĂ©gorique que ma fille peut bien comprendre les circonstances particulièrement essentiels de l’affaire et tĂ©moigner. Aucune prĂ©disposition accrue aux fantasmes n’a Ă©tĂ© identifiĂ©e. Les dix psychologues qui ont participĂ© aux interrogatoires n’ont pas Ă©tĂ© en mesure de dĂ©terminer les “mensonges” de l’enfant. Cependant, tout cela ne veut rien dire dans notre Etat de droit. La requĂŞte catĂ©gorique des procureurs d’interroger en permanence l’enfant (après qu’elle ait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© interrogĂ©e et examinĂ©e) leur permet de prendre la dĂ©cision – l’enfant n’a pas Ă©tĂ© abusĂ©e sexuellement.

Je ne sais pas. Peut-ĂŞtre, qu’en tant que son père, ais-je un autre regard sur cette situation et comprend les paroles de la petite fille lors des interrogatoires et d’expertises rĂ©pĂ©tĂ©s. Mais peut-ĂŞtre il y a des gens en Lituanie qui ne peuvent pas comprendre les paroles de l’enfant d’une manière diffĂ©rente – une violence rĂ©voltante, des orgies de dĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s, pervers, pĂ©dophiles … je ne sais pas, peut-ĂŞtre que les procureurs “qualifiĂ©s” pensent diffĂ©remment …

Peut-ĂŞtre les procureurs voient-ils des autres visages parce que les participants Ă  ces orgies sont membres du Parti du PrĂ©sidium DĂ©mocrate des Citoyens, ex-conseiller du membre du Seimas V. Muntianas, ex-chef de la branche du Parti Travailliste de Kaunas, Andrius Usas, le juge Jonas FurmanaviÄŤius du Tribunal de Kaunas, et un troisième, Aidas, leur ami blond. Pour moi, ils sont tous pĂ©dophiles. Je n’oublierai jamais une question de ma fille de quatre ans, Ă  moi, son père de 36 ans, en me disant que leur sysalas sentaient la merde et qu’il s’en Ă©gouttait de la crème: “Es-tu un bĂ©bĂ©, papa? Tu ne comprends rien? “.

Je comprends que nous avons Ă©tĂ© confrontĂ©s Ă  la “ÄŤekanaviÄŤiai” qui est au pouvoir, la politique, la Cour … Je ne souhaite Ă  personne de rencontrer de tels gens de leur vie … Pour cette calomnie “crĂ©Ă©” j’ai Ă©tĂ© poursuivi au pĂ©nal. Un million de litas sont requis pour compenser les dommages immatĂ©riels… Peu importe la façon dont ça se termine, mais je ne me tairai pas: pour l’amour de ma petite fille violĂ©e, pour le bien des enfants violĂ©s et les futures victimes qui pourraient apparaĂ®tre, si on ne punit pas ces gens. Peut-ĂŞtre, après avoir lu mes paroles, les victimes et les proches de ces pervers rĂ©pondront.

Toutes mes demandes aux procureurs ont Ă©tĂ© rejetĂ©es. La demande d’interroger le juge de Kaunas a Ă©tĂ© rejetĂ©e par le procureur Kiuršinas, car l’information au sujet du juge n’est pas vĂ©rifiĂ©e par des actions judiciaires: le moyen indiquĂ© pour la reconnaissance n’a pas Ă©tĂ© effectuĂ©e selon les normes du Code pĂ©nal en vigueur dans la RĂ©publique de Lituanie. Par consĂ©quent, il n’a aucun pouvoir lĂ©gal. Le motif de l’interrogatoire n’est pas indiquĂ© dans la demande de l’interroger, elle ne prĂ©cise pas quelles sont les informations utiles Ă  l’enquĂŞte pour l’interrogatoire du juge. Je ne comprends rien: je peux, en tant que reprĂ©sentant lĂ©gal de la petite fille lĂ©sĂ©e, vĂ©rifier les informations obtenues par des actions judiciaires, puis effectuer une recherche sur les normes du Code pĂ©nal de la pratique de la RĂ©publique de Lituanie. En dehors de cela, je ne comprends pas si les preuves des indications donnĂ©es par la petite fille des personnes qui se sont rendues sur les lieux de son agression sexuelle peuvent ĂŞtre importante dans une affaire criminelle. Ce n’est pas de ma compĂ©tence, mais de l’obligation des officiers procĂ©dant de cette enquĂŞte du prĂ©judice, qui sont rĂ©munĂ©rĂ©s par le gouvernement pour prendre tous les moyens prĂ©vus pour enquĂŞter et rĂ©vĂ©ler l’activitĂ© criminelle dans le plus bref dĂ©lai possible.

Plus drĂ´le encore qu’on pourrait imaginer – mes dernières plaintes sur les actions du Procureur A. Kiuršinas adressĂ©e Ă  K. Betingis, Procureur SuprĂŞme du district de Kaunas, et Ă  A. Valantinas, Procureur GĂ©nĂ©ral de la RĂ©publique de Lituanie, ont Ă©tĂ© traitĂ©es par le Procureur A. Kiuršinas lui-mĂŞme. Je ne sais pas oĂą demander, que faire, comment combattre les pĂ©dophiles.

Les principaux statuts juridiques nationaux – la Constitution de la RĂ©publique de Lituanie – intègre dans les dispositions gĂ©nĂ©rales sur les droits de l’homme et la protection de la libertĂ© constitutionnelle de l’État, l’obligation de sauver et de protĂ©ger l’enfance et de chĂ©rir les enfants. Le bureau du Procureur est une institution de l’État exerçant des fonctions dĂ©terminĂ©es dans la Constitution de la RĂ©publique de Lituanie, du droit des poursuites et d’autres actes juridiques. Le Procureur et les institutions d’enquĂŞte de prĂ©judices en matière d’activitĂ©s criminelles doivent rĂ©vĂ©ler l’activitĂ© criminelle par tous les moyens prĂ©vus par la loi. Les tentatives des Procureurs G. RoÄŤienÄ—, R. ÄŚivinskaitÄ—, A. Kiuršinas, K. Betingis de tout faire pour ne rien faire sont sans cesse rĂ©pĂ©tĂ©es. Je veux croire qu’il y a des policiers justes et honnĂŞtes dans ce pays pourri qui feraient tout pour les pĂ©dophiles et les pervers payent leur amende. Actuellement les enquĂŞtes du prĂ©judice sont un traumatisme rĂ©pĂ©tĂ© pour ma petite fille, moi et mes parents. Si quelqu’un a compris ce qui se passe dans la Lituanie indĂ©pendante, faite quelque chose s’il vous plaĂ®t, aidez-nous. S’il est toujours possible de faire n’importe quoi. Comme le “RoÄŤienÄ—”, “ÄŚivinskaitÄ—”, “Kiuršinas” ou “Betingis” ne doivent jamais aider. Ils rĂŞvent de terminer leur service rĂ©putĂ© et obtenir une heureux et solide la sĂ©nescence…

DrÄ…sius Kedys

One Response to LETTRE A PERSONNE … de DrÄ…sius Kedys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti - 10 Rue Faider - 1060 Bruxelles - Belgique - Droit de réponse: postmaster@droitfondamental.eu

Free counter and web stats