CHERS JOURNALISTES, par DrÄ…sius Kedys

October 16, 2009
By admin

journalistes

DRĄSIUS KEDYS A ENVOYÉ 200 APPELS AUX SECOURS,  DONT CETTE LETTRE À LA PRESSE INTERNATIONALE…

Bien que depuis cinq ans la Lituanie soit membre de l’Union europĂ©enne et l’OTAN, et elle devrait ĂŞtre une RĂ©publique juridique et dĂ©mocratique, la vĂ©ritĂ© et la justice sont toujours emprisonnĂ©s dans le plus profond filet de la pensĂ©e soviĂ©tique et de la corruption.

20 ans ont passĂ© depuis l’annonce de l’indĂ©pendance de la Lituanie, mais nous voyons l’injustice terrible et la corruption qui prospèrent dans les institutions judiciaires. On peut affirmer sans faute qu’il a Ă©tĂ© bien plus facile de dĂ©truire l’Union soviĂ©tique que d’obtenir des procureurs et des juges lituaniens qui effectuent leur travail – rendent justice, et sans servir les criminels.

Nous faisons appel Ă  vous parce qu’Ă  prĂ©sent, chers journalistes, vous ĂŞtes notre seul espoir de trouver la justice et de redresser un tort. Seule la publicitĂ© internationale peut maintenant nous aider Ă  sauver une petite fille de cinq ans de sĂ©vices sexuels, Deimantele, de mettre les gens qui ont violĂ© l’enfant, des politiciens et des juges lituaniens, en prison, oĂą ils mĂ©ritent d’ĂŞtre.

Il y a un an, (Ă  l’Ă©poque) ma fille de quatre ans, Deimantele a laissĂ© Ă©chapper un secret pour moi, son père, qu’elle n’aimait pas cet Andrius qui rend visite Ă  sa mère Ă  la lèche. L’enfant vivait avec moi après le divorce. Je lui ai demandĂ© de m’expliquer. Ma fille m’a racontĂ© qu’un homme nommĂ© Andrius, rend visite Ă  sa mère, la lĂ©chait, tirait et poussait son “sysalas” (le mot que l’enfant utilise pour nommer les organes reproducteurs mâles) et, après “la crème” s’Ă©goutte (sperme), il criait Ă  haute voix. Puis, Andrius couvrait ma fille de cette “crème”, et l’amenait Ă  la salle de bain pour la laver. D’après ma fille, sa mère la laissait gĂ©nĂ©ralement seule avec cet Ă©tranger. Andrius donnait de l’argent Ă  la mère. Et la mère laissait sa fille avec ce pĂ©dophilie. Deimantele m’a dit que parfois, Andrius (membre du conseil d’administration d’un parti politique) ne venait pas seul – il Ă©tait avec ses amis, Jonas (qui s’est avĂ©rĂ© ultĂ©rieurement ĂŞtre le juge au tribunal de Kaunas) et Aidas (on ne sait pas encore qui c’est).

Après avoir dĂ©couvert que la mère de vendait sa fille Ă  des pĂ©dophiles, j’ai demandĂ© justice au Procureur Kaunas. Une expertise a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e au cours de laquelle il a Ă©tĂ© dĂ©terminĂ© que la petite fille “peut comprendre correctement certaines significations des circonstances et tĂ©moigner. Une tendance excessive Ă  fantasmer n’a pas Ă©tĂ© dĂ©terminĂ©e”.

Au cours des interrogatoires au tribunal de Kaunas Court, le 9 Juin 2009, Deimante, âgĂ©e de cinq ans, a tĂ©moignĂ© que Andrius ne faisait pas que lĂ©cher les diverses parties du corps, y compris intimes, mais aussi mettait son “sysalas” dans sa bouche plusieurs fois d’affilĂ©e. Pour cette raison, sa bouche faisait mal.

Toutefois, après toutes les expertises et les interrogatoires de la petite fille, les procureurs de Kaunas ont suspendu l’enquĂŞte du prĂ©judice d’abus sexuel d’une mineur. Juge prĂ©sumĂ© avoir abus sexuellement de la petite fille n’a pas Ă©tĂ© interrogĂ©, car, selon les lois lituanienne, les juges jouissent d’immunitĂ©, et seul le Procureur GĂ©nĂ©ral peut ouvrir une enquĂŞte pĂ©nale. Le Procureur GĂ©nĂ©ral de Lituanie ne l’a pas fait. Ainsi, les pĂ©dophiles restent impunis. La mère de la petite fille, qui a vendu son enfant Ă  des pervers, reste Ă©galement impunie.

Les officiers lituaniens ne voient pas le crime accompli par les pĂ©dophiles (ci-joint l’histoire de Deimantele), car des personnes “importantes” (politiciens et juges) l’ont fait, et la Constitution lituanienne dans ce cas est pratiquement nulle. Selon notre Constitution, tout le monde est Ă©gal devant la loi. Toutefois, en Lituanie, si le crime est fait par un politicien ou un juge, ils ne sont gĂ©nĂ©ralement pas poursuivis en justice. Tout ceci se produit en raison d’une forte pression politique sur nos forces de l’ordre de ne pas enquĂŞter sur cette affaire. Nous voyons qu’un seul moyen – de rendre public tout ce qui se passe en Lituanie dans les mĂ©dias des autres pays.

Nous ne voulons aucunement mettre notre linge sale en public, mais nous devons reconnaĂ®tre qu’en ce moment, nous ne voyons pas d’autre possibilitĂ©. Seule la publicitĂ© internationale et la pression des mĂ©dias internationaux peuvent nous aider Ă  lutter contre les forces corrompues du droit lituanien, qui continuer Ă  fonctionner avec le principe de “l’appel d’en haut”. Dans la Lituanie soviĂ©tique, il Ă©tait habituel que les dĂ©cisions de la Cour a Ă©tĂ© subordonnĂ©e Ă  l’appel du ComitĂ© central du Parti communiste. Malheureusement, en pĂ©riode d’indĂ©pendance, ce “droit de garde” est utilisĂ© par nos prĂ©sents politiciens.

En Lituanie, on dit que la Lituanie est le pays des miracles. Nous disons que lorsque quelque chose se produit, il y a une autre issue que celle de la norme des États dĂ©mocratiques et juridiques. Comme par exemple, ce cas prĂ©sent. Vous auriez probablement peine Ă  imaginer comment, après des abus sexuels aussi horribles d’une mineures, les procureurs pourraient fermer le dossier, et que les pĂ©dophiles pouvaient rester impunis? En outre, vous n’auriez pas pu imaginer que le ContrĂ´leur de la protection des droits de l’enfant, qui connaissait cette affaire depuis un an, n’a pas pris de mesures pour poursuivre les pĂ©dophiles. Toutefois, il a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© de limiter les droits du père de la petite fille parce que… il avait fait appel aux mĂ©dias et rĂ©vĂ©lĂ© le fait qu’en Lituanie, les pĂ©dophiles ne sont pas punis.

Par conséquent, nous vous demandons de regarder attentivement la vidéo ci-jointe où une fillette de cinq raconte ce que des pédophiles lui ont fait, et nous aider a faire la publicité que la justice soit rendue, ici en Lituanie.

Cordialement,
DrÄ…sius Kedys

One Response to CHERS JOURNALISTES, par DrÄ…sius Kedys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti - 10 Rue Faider - 1060 Bruxelles - Belgique - Droit de réponse: postmaster@droitfondamental.eu

Free counter and web stats